Faune et flore, La Confluence aux petits soins

La végétalisation du quartier ne réjouit pas seulement les habitants, lassés du minéral. Elle constitue, en plus d’un levier d’action contre les îlots de chaleur urbains, des refuges où de nombreuses espèces animales trouvent gîte et couvert.

Des oiseaux, des libellules, des grenouilles, etc

À La Confluence, territoire privilégié entre Rhône et Saône où le vert reprend l’avantage, la biodiversité animale constitue un enjeu de taille. Un inventaire en a été dressé dès 2011 en collaboration avec la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) et la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) pour connaître les espèces d’animaux en présence. Bilan : trente-deux espèces d’oiseaux répertoriées dont vingt-et-une sont protégées. Et aussi des libellules, des agrions, des papillons, des canards, des cygnes, des ragondins, des hérons, des grenouilles vertes, des lézards, des chauves-souris, etc. Une biodiversité rendue possible grâce à des espaces publics adaptés.

Des gestes qui changent tout

Couplée à la dépollution des sols, la création des nombreux espaces verts et bleus de La Confluence constitue un habitat de choix pour de nombreuses espèces. Certaines sont même de retour. Nichoirs, mangeoires et hôtels à insectes ont été installés à différents endroits de La Confluence. Plusieurs actions de sensibilisation ont vu le jour à destination des habitants du quartier. A leur tour, ils entreprennent de protéger cette précieuse vie animale en plein développement.

Chiffres-clés